Connaissez vous la Corée ?

©

EDUCATIONLa SKY, l'Ivy League coréenne

04/12/2018

En Corée, votre futur dépend de l’université où vous étudiez (graduez). Une bonne université vous permettra l’accès à un meilleur travail, un mariage avantageux, plus de chance de succès dans ce que vous entreprenez sur le po...

Lire l'article

En Corée, votre futur dépend de l’université où vous étudiez (graduez). Une bonne université vous permettra l’accès à un meilleur travail, un mariage avantageux, plus de chance de succès dans ce que vous entreprenez sur le point de vue de votre carrière et plus d’argent.

 

La Corée du Sud est reconnue pour ses excellentes universités. Cependant, ici, on ne jure que par ce les SKY universities. SKY est un acronyme composé des noms des trois meilleures universités de Séoul. Le rêve de tous les étudiants qui passent les examens d’admission universitaire.

SKY signifie :

1. Seoul National University : la meilleure université du pays. C’est l’université de Ban Ki Mun, le secrétaire général des Nations Unies.

2.Korea University : La seconde université la plus réputée. Elle est surtout reconnue pour son département de droits. Énormément de juges importants en Corée ont obtenu leur diplôme de cette université.

3.Yonsei University: En troisième place. Elle et Korea university sont de grandes rivales pour la deuxième place. Yonsei offre un programme exceptionnel de langue (basé sur l’apprentissage de la grammaire) pour les étrangers désireux d’apprendre le coréen.

Cependant, il n’est pas rare d’entendre parler de SKYS Universities. En fait, on en parle de plus en plus. Le dernier petit «S» signifie en quatrième place : Sogang university et Sungkyunkwan University (ex aequo). Sogang est reconnue pour être l’une des meilleures universités du pays. Son seul défaut est qu’elle ne possède pas de département de médecine. Par conséquent, elle ne pourra jamais compétitionner avec les trois (SKY) universités. Elle est reconnue pour son excellent programme de langue coréenne (basé sur l’habilité à parler). C’est l’université de la présidente actuelle de Corée.

Sungkyunkwan University est la plus vielle université du pays et de l’Asie de l’Est. Elle a été fondée en 1398. Elle est la propriété du groupe Samsung depuis 1996 et son programme de maitrise en Business est dans le top 50 des meilleurs au monde.

Il y a bon nombre d’universités prestigieuses en Corée, la liste ne s’arrête pas là (KAIST, Ewha, Pusan National University…) . Cependant, si vous considérez aller étudier en Corée du Sud, je vous conseille vivement de bien «magasiner» les universités et de penser aux SKY(s) Universities.

Pour plus d'informations consultez le site internet

Retour à la liste
©

CULTUREL'alcool en Corée

12/11/2018

L’alcool en Corée du Sud Tu as peut-être déjà entendu parler du ganbei (干杯) en Chine ou du kanpaï au Japon (かんぱい), autrement dit, l’art de trinquer ! Sache qu’en Corée du Sud cela existe aussi sous le nom de « geon bae &raqu...

Lire l'article

L’alcool en Corée du Sud

Tu as peut-être déjà entendu parler du ganbei (干杯) en Chine ou du kanpaï au Japon (かんぱい), autrement dit, l’art de trinquer ! Sache qu’en Corée du Sud cela existe aussi sous le nom de « geon bae » (건배). En effet, les sud-coréens entretiennent au quotidien ce que l’on appelle la culture de l’alcool. Ce n’est pas pour rien que ce pays est classé parmi les plus grands consommateurs d’alcools forts au monde !

Vocabulaire du jour, en coréen, alcool se dit : 술 (soul), ça ne s’invente pas !

Le soju

Alors parlons peu, parlons soju !

Numéro un en Corée, cet alcool de riz est le spiritueux le plus consommé du pays et également le moins cher (ceci explique cela). En effet, une bouteille de soju coûte en moyenne un peu moins de 2€ soit moins que certaines eaux minérales.

Si tu te demandes quelle est l’étymologie du mot soju, il s’agit en réalité de la prononciation coréenne du mot chinois shāojiǔ qui signifie « alcool chauffé ou distillé » en référence à sa méthode de fabrication. En effet, pour comprendre comment le soju a été inventé, il nous faut remonter au 13ème siècle. Au cours des nombreuses invasions mongoles au Moyen-Orient, ceux-ci eurent l’idée de distiller le célèbre alcool perse appelé arak. Plus tard, lorsque la Mongolie et la Corée entrèrent en guerre, les coréens reprirent donc le fameux soju aux mongoles.

Bien que traditionnellement fait à base de riz, de nombreuses marques ont fait le choix de remplacer cet ingrédient par des substituts comme la pomme de terre, le blé ou encore la patate douce. Ce changement dans la recette du soju fut instauré à la fin du 20ème siècle par le gouvernement coréen, lorsqu’une pénurie de riz vint frapper le pays.

La plupart des soju que tu trouveras en magasin auront un degré d’alcool limité à 20%. Cela dit, pour les amateurs de sensations fortes, il est intéressant de savoir que le degré maximum d’alcool que peut atteindre le soju est de 45%.

Quant aux marques les plus célèbres de soju en Corée du Sud, voici une liste non exhaustive : 

– Jinro (leader sur le marché)

– Chum Churum

– C1Blue

– O2Linn

– Andong

A noter que certaines régions de Corée possèdent leur propre marque ou distillerie de soju.

Le makgeolli

Contrairement au soju, le makgeolli n’est pas un spiritueux mais une liqueur. Ces deux boissons ne diffèrent pas que sur ce point, mais également sur leur aspect visuel et leur texture. En effet, le makgeolli, qui est également fait à base de riz, est de couleur blanche et a une texture plus laiteuse et épaisse que celle du soju et son goût est également plus doux et plus sucré. Enfin, en plus d’avoir un degré d’alcool assez faible (13%), le makgeolli est une boisson assez peu calorique et donc beaucoup appréciée des buveurs surveillant leur ligne.

La bière en Corée

Mais ce ne sont pas les seuls alcools que les coréens affectionnent. Un des alcools les plus consommé au pays du matin calme est la bière.

Cette boisson qui a été introduite en Corée au début du 20ème siècle a une image très festive auprès des jeunes coréens. Elle est perçue comme plus moderne et branchée que ses camarades cités précédemment, qui ont quant à eux, une image plus traditionnelle. Les marques de bière les plus consommées en Corée du Sud sont les suivantes :

– Hite

– Oriental Brewery

– Kloud (Lotte)

Deux combinaisons d’alcool à connaître en Corée du Sud

Le chimaek

Quel amateur de k-dramas n’a jamais entendu l’expression « chimaek » ? Autrement dit, le chicken-maekju signifiant le « poulet-bière ». Cette association rustique et simpliste du poulet frit et de la bière fraîche est très populaire et appréciée des jeunes coréens.

Le somaek

Il existe aussi une combinaison assez surprenante de deux alcools que j’ai mentionné, qui s’appelle le « somaek » : on mélange le soju qui a un goût assez peu prononcé, se rapprochant de celui d’une vodka diluée dans de l’eau, à de la bière. Autrement dit il s’agirait de corser sa bière ou simplement de relever un peu le goût de son soju. Aujourd’hui cependant il existe de nombreuses déclinaisons du soju afin que le plus grand nombre y trouve son bonheur : de la saveur pêche aux myrtilles en passant par le citron, il y en a pour tous les goûts !

La culture de la boisson en Corée du Sud

Mais revenons-en à notre sujet de départ, cette fameuse « culture » de la boisson en Corée du Sud. Alors qu’est-ce-que cela peut bien signifier ? Certains pays d’Asie de l’Est ont des traditions communes et notamment celles des fameux « drinking after works ». Autrement dit, des rassemblements ou réunions professionnelles durant lesquels les participants sont amenés à boire. Ce phénomène de société peut sembler curieux à première vue, cela dit en Corée il s’agit d’une activité des plus banales. Mais il est normal pour un étranger de s’interroger et de se préparer à l’éventualité de se retrouver un jour dans une telle situation. Il est en effet commun et de bon ton de se réunir entre collègues et employeurs après une longue et dure journée de travail autour d’un verre et de trinquer à la réussite ou pérennité de l’entreprise. Cela permet de rester actif dans la vie de celle-ci et d’entretenir des relations d’entente entre employés ainsi qu’une bonne ambiance.

Il y a d’ailleurs certaines règles de base à respecter lors de ce genre d’échange :

– Tout d’abord, le soju ne se sirote pas. Il se boit cul sec ! C’est pour cela qu’il est toujours servi dans des verres à « shot ».

– Ensuite il faut savoir qu’il n’est pas très poli de se servir soi-même. Il vaut donc mieux attendre de se faire servir.

– Pendant qu’on nous le rempli, il faut tendre son verre à deux mains, en signe de respect.

– Autre chose, il vaut mieux attendre que les supérieurs entament leur verre avant de faire de même. Lorsque le coup d’envoi est lancé, toute l’assemblée peut suivre en chœur et boire à son tour, ceci dans un souci de hiérarchie.

– Enfin, si tu refuses de te faire servir ou de finir ton verre, sache que cela peut vexer la personne qui t’invite. Cela étant dit, si tu ne supportes pas bien l’alcool ou que tu n’aimes tout simplement pas cela, il ne te restera plus qu’à refuser poliment. Les coréens seront plus indulgents envers toi étant donné ton statut d’étranger.

Mais alors pourquoi les coréens boivent-ils tant, notamment dans le cadre professionnel ? Serait-ce parce qu’ils tiendraient particulièrement bien l’alcool comme la légende voudrait qu’ils soient immunisés face aux plats épicés ? Et bien la réponse est non, un coréen ne tient pas mieux l’alcool qu’un autre. Cependant les sud-coréens sont en effet un peuple assez timide et réservé en société. Alors oui, après quelques verres de soju, il est bien souvent plus facile de délier des langues et de se mettre à l’aise entre collègues et employeurs afin de décompresser après une longue journée de travail, dans la désinhibition la plus totale.

L'alcool en Corée

Bien évidemment, tu te doutes bien que les coréens n’attendent pas les after-works pour boire ! Ils le font aussi en dehors du travail, en famille ou entre amis. Rappelons tout de même qu’il faut être majeur pour consommer de l’alcool, soit avoir atteint ses 19 ans en Corée du Sud, et qu’il est conseillé de boire avec modération.

 

 

Source : k-phenomen.com

Pour plus d'informations consultez le site internet

Retour à la liste
©

CULTUREL'âge coréen

09/10/2018

Les coréens ont une manière bien différente des occidentaux de calculer leur âge.En effet, le calcul de celui-ci est effectué en se basant sur le calendrier lunaire. En Corée, lorsque l'on naît, on a automatiquement un an. Et oui...  Il s'agi...

Lire l'article

Les coréens ont une manière bien différente des occidentaux de calculer leur âge.En effet, le calcul de celui-ci est effectué en se basant sur le calendrier lunaire.

En Corée, lorsque l'on naît, on a automatiquement un an. Et oui...  
Il s'agit des 9 mois de grossesse arrondis à 1 an. On estime que l'enfant existe à partir du moment où il a été conçu. Du coup ce n'est plus la durée de "vécu" que l'on compte, mais "d'existence". Ce n'est peut-être pas une méthode précise de calcul (d'autant plus avec l'arrondi à 1 an) mais philosophiquement parlant, ça se tient. Donc lorsqu'en France un enfant à 1 an en Corée il en aura 2.

Donc théoriquement on a un an en plus en Corée par rapport en France. Il suffit de rajouter un an à votre âge pour avoir votre âge en Coréen.
Seulement une autre donnée rentre en compte dans le calcul de l'âge.

En plus de cette année d'existence supplémentaire, les coréens ont l'habitude de compter en année civile et non par date d'anniversaire. 

Bref, pour calculer un âge, un coréen ne prendra en compte que l'année de naissance et non la date.
Ce n'est pas si compliqué. En fait c'est ce que nous faisons un peu tous lorsque nous ne connaissons pas trop une personne, comme les célébrités par exemple. On regarde son année de naissance pour calculer son âge sans vraiment prendre en compte la date, tel jour, tel mois. Ou encore lorsque l'on parle d'une promotion, pour les classes dans les écoles. 

Prenons un exemple. En France, quelqu'un qui est né le 7 janvier 2000 on dira qu'en 2013 il a 13 ans. Mais généralement nous ferrons une différence si nous sommes le 1 janvier 2013 où il aura encore 12 ans et le 7 janvier 2013 où il aura 13 ans. En Corée, qu'on soit le 1er ou le 7 janvier il aura 13 ans. On ne prend en compte que l'année

Là où je vous disais que ça va chambouler un peu le méthode qui consiste à se rajouter un an pour connaître son âge coréen, c'est que justement ça dépend de la date de votre anniversaire... Mais ne vous inquiétez pas c'est juste de la logique. Un petit choc des cultures qui vient parfois fausser votre âge coréen. Il arrive que vous vous retrouviez avec deux ans de décalage et non seulement un an.

En France, une personne née le 5 juillet 2000, dira qu'elle a 12 ans le 1er Janvier 2013 vu que son anniversaire n'est pas encore passé. Si on calcule son âge coréen, on dira qu'elle a 14 ans vu que l'on ne prend en compte que l'année et qu'on rajoute un an (celui qu'on a dès la naissance). Ce qui fait qu'il y aura deux ans de décalage et non plus seulement un. Ce n'est qu'à partir du 5 juillet qu'il n'y aura qu'un an de décalage (bien que l'âge coréen ne change pas, toujours 14 ans).

En bref, retenez juste ceci :

Votre âge en coréen = Année actuelle - Année de votre naissance + 1 an

Pour plus d'informations consultez le site internet

Retour à la liste

Entre Paris & Séoul

Voyagez à travers la Corée, une destination riche et pleine de surprises,
trouvez la sérenité en Asie.