Connaissez vous la Corée ?

©

CULTURELes « pyunuijum», ces épiceries coréennes 24h/24

02/10/2017

Nous aimerions vous presenter ce que l'on appelle les convenience store. Nous avons entendu dire que ce mot n'existe pas en France. Quand Eunbee est arrivée à Vichy, lors de son séjour en France. Elle n'a rien pu manger car elle est arrivée un samedi, et tout était...

Lire l'article

Nous aimerions vous presenter ce que l'on appelle les convenience store. Nous avons entendu dire que ce mot n'existe pas en France. Quand Eunbee est arrivée à Vichy, lors de son séjour en France. Elle n'a rien pu manger car elle est arrivée un samedi, et tout était fermé. Ce fut son premier dépaysement.

En Corée, en revanche, on peut partout trouver ces établissements ouverts 24h/24. Par exemple, aux alentours de notre université, il y a au moins 10 convenience store. Ils sont ouverts à toute heure et c'est vraiment très pratique. D'abord, on peut y acheter des biscuits salés et sucrés, des boissons dont de l'alcool, et puis étonnamment, on peut même y prendre son déjeuner. Ils vendent des casse-croûtes et même du café.

Chaque mois, il y a des événements promotionnels du type pour un acheté le second est gratuit. Et depuis la modification d'une loi, on peut aussi y acheter des médicaments de première urgence. Ce que nous préférons le plus, ce sont les hot-dogs coréens. Ils sont délicieux et pas chers du tout(1600 won). Nous vous recommandons aussi de goûter ce plat surgelé.

En tout cas, c'est triste que quelqu'un doive travailler toute la nuit pour s'occuper de ces magasins, qui sont ouverts 24h sur 24. Aujourd'hui, toutes les nuits, la lumière de ces établissements brille de milliers de néons et de LED. Ces lumières illuminent les villes coréennes

Si vous avez faim au milieu de la nuit, ne vous inquiétez pas. Vous pouvez commander une pizza, un poulet frit, etc. par téléphone ! Ils seront livrés chez vous en quelques dizaines de minutes. Et pour connaître les numéros et les informations de ces restaurations à domicile, il y a deux façons de se les procurer : des brochures de livraison et des applications sur smartphone. Les brochures de livraison sont gratuitement offertes tous les mois. Elles sont distribuées devant les portes, sinon elles sont mises dans les entrées des appartements, à côté des ascenseurs. A chaque page, on y trouve des informations sur les prix et les menus. Saisissez le numéro de téléphone de ces "restaurants", et commandez par téléphone.

En plus, on peut utiliser des applications sur smartphone. C’est comme avec les brochures. Mais, elles ont un autre avantage : les gens peuvent écrire leurs opinions sur ces restaurants après avoir mangé.

D'autre part, il y a une émission, qui nous montre la vie quotidienne de gens célèbres : "Je vis seul" (나혼자 산다), où Fabien, une star française de la télévision coréenne, a invité un jour, ses amis français en Corée. Pour leur monter la culture coréenne, il les a emmenés dans un des parc au bord du fleuve Han (한강) qui se situe au centre de Séoul, il a emporté une natte et il a commandé des plats qui sont aussitôt arrivés là où ils s'étaient installés ! Tous ses amis ont été surpris ! Un de ses amis a dit : "En France, on livre des plats aussi, mais il faut attendre plus longtemps".

Pour plus d'informations consultez le site internet

Retour à la liste
©

CULTURE« Suneung », le baccalauréat sud-coréen

12/09/2017

Si le bac reste une institution en France, le "suneung" est l'examen d'entrée à l'université en Corée du Sud dont les notes obtenues vont déterminer si un élève peut, ou non, intégrer un établissement, plus ou moins, prestigieux.Toute la...

Lire l'article

Si le bac reste une institution en France, le "suneung" est l'examen d'entrée à l'université en Corée du Sud dont les notes obtenues vont déterminer si un élève peut, ou non, intégrer un établissement, plus ou moins, prestigieux.
Toute la vie scolaire d'un jeune sud-coréen tend vers cette fatidique journée d'examen, où le pays entier est mobilisé. La dramatisation de cette journée illustre la pression concurrentielle du système éducatif sud-coréen.

Cinq matières en une journée

Les élèves entrent en salle d'examen à 8h30 et ils y restent jusqu'à 17h30. Ils répondent à des QCM (questions à choix multilpes) dans cinq disciplines, le coréen, les mathématiques, l'anglais, une 2ème langue étrangère et un sujet au choix entre sociologie, sciences ou technique. L'examen a lieu en novembre. Plus de 600 000 élèves ont planché en 2016. Les résultats sont rendus en décembre.

Le pays retient son souffle

Pour permettre aux élèves d'arriver à l'heure dans les centres d'examen, toutes les administrations, la plupart des entreprises privées et même la bourse, ouvrent leurs portes avec une heure de retard, à 10 heures. Car il faut laisser la voie libre aux candidats dans la rue et dans le métro.
14 000 policiers sont mobilisés pour assurer une bonne circulation. Et il existe même un numéro d'urgence pour les retardataires. On l'appelle et un policier vient chercher l'élève chez lui pour l'amener dans son centre d'examen. 

Chut !

Par ailleurs, il ne faut surtout pas faire de bruit pour ne pas déranger les candidats. Ainsi, les travaux sont suspendus sur les chantiers de construction et la circulation des poids-lourds est interdite près des lieux d'examen.
Pour couronner le tout, en début d'après-midi, pendant une demi-heure, les atterrissages et décollages sont carrément interdits dans tous les aéroports pendant les épreuves de langues car les candidats écoutent des enregistrements.

Pleurs et prières

Chaque année, les chaines de télévision montrent des étudiants en larmes au moment de quitter leurs parents, qui ne sont pas très fiers eux non plus. Dans la foulée des embrassades dignes d'une tragédie, beaucoup de parents filent directement dans les temples ou les églises pour prier. Certains parents commencent à aller au temple trois mois avant l'examen afin de mettre toutes les chances du coté de leur progéniture.
Tout cela pourrait prêter à rire si l'obsession de réussite scolaire de la Corée du Sud ne menait pas certains de ses enfants à la dépression ou au suicide en cas d'échec au terrible "suneung".

Pour plus d'informations consultez le site internet

Retour à la liste
©

CULTURELes trois royaumes de Corée

24/08/2017

L'expression Trois royaumes de Corée, « Samguk » (dates traditionnelles : 57 AEC. - 668 EC), désigne la période de l'histoire coréenne, qui vit le développement des royaumes de Koguryŏ(고구려), Paekche (백제) et Silla (신라), dans la p...

Lire l'article

L'expression Trois royaumes de Corée, « Samguk » (dates traditionnelles : 57 AEC. - 668 EC), désigne la période de l'histoire coréenne, qui vit le développement des royaumes de Koguryŏ(고구려), Paekche (백제) et Silla (신라), dans la péninsule coréenne et en Mandchourie. D'autres petits royaumes et États tribaux coexistèrent avec ces trois royaumes, dont la Confédération de Gaya (Kaya) (42-562), Dongye, Okjeo, Puyŏ, Usan.

La période commence traditionnellement en 57 av. J.-C., lorsque le royaume de Saro (futur Silla), dans le sud-est de la péninsule, obtient une autonomie vis-à-vis de l'empire chinois des Han. Les deux autres, Koguryŏ (au nord et au sud du fleuve Amnok) et Paekche au sud-ouest de la péninsule (autour de l'actuelle Séoul) deviennent indépendants de la Chine respectivement en 37 av. J.-C. et 18 av. J.-C. Le royaume de Paekche se sépare de Koguryŏ et devient un refuge pour les paysans, qui fuient un État guerrier. La capitale est d'abord Ungjin (aujourd'hui Cheongju) puis Sabi (aujourd'hui Puyŏ) au sud-ouest de Séoul. Les États Kaya (가야) se séparent de Paekche au ier siècle ap. J.-C. émergent de Samhan, selon la tradition deux petits royaumes : Baekje est fondé en -18 sur le territoire d'une des cités États Mahan, non loin de l'actuelle Séoul. Silla, fondé en -57 dans la cité de Saro (actuelle Gyeongju), va occuper le territoire des Jinhan (voir la légende de Park Hyeokgeose dans Enfant du pays) . Sur une partie du territoire de Pyeonhan, une confédération de six tribus Gaya fut créée à la même époque, selon la légende, par 6 hommes nés chacun d'un œuf.

Dans le nord du pays, plusieurs États se partageaient alors le territoire. À côté des commanderies chinoises dont il a été question, les royaumes de Yemaek, Okcheo et des Ye orientaux occupaient le nord-ouest du pays. À l'extrême Nord, dans le bassin du Soungari, le royaume de Buyeo était connu des chinois, dès le ive siècle av. J.-C., comme une menace. C'est une bande d'exilés de ce royaume qui fonde, en, -37, le royaume de Goguryeo dans les bassins du Yalu et du Tongjia, sur le territoire Yemaek.

Les trois royaumes ne se partagent la péninsule qu'après des siècles de lutte. Goguryeo est celui qui croît le plus vite et de la manière la plus spectaculaire. Ce royaume, tout entier consacré à la guerre du fait de sa position, intègre d'abord les territoires Ye orientaux et Okjeon, deux royaumes qui ne s'étaient jamais réellement développés. En 313, Goguryeo absorbe la commanderie de Lolang. À cette époque, l'ancien royaume de Buyeo, devenu depuis son protégé, tombe sous les attaques chinoises et est finalement absorbé par Goguryeo. À la fin du ive siècle, ce dernier a donc un territoire immense couvrant la Mandchourie et le nord de la Corée actuelle. À la même époque, Baekje détruit Mahan en 369 et occupe les anciens territoires de Pyeonhan. Silla occupe la partie sud-est de la péninsule. Mais en même temps, au sud, entre Baekje et Silla, un quatrième royaume leur dispute la suprématie : Gaya. Il s'agit en fait d'une confédération de cités-États (Bon Gaya, Dae Gaya) qui n'a jamais le statut d'un État centralisé.

La Corée reste cependant sous influence chinoise, notamment par le biais des quatre commanderies installées sur leur territoire. La Chine fait également sentir son influence dans les systèmes de pensée. Le confucianisme pénètre la haute société coréenne (tous les royaumes gardant la même culture) à partir du ier siècle ap. J.-C. Le bouddhisme est cependant la première religion. La disparition de l'empire Han, au début du iiie siècle, permet un plus grand développement des Trois royaumes.

Pour plus d'informations consultez le site internet

Retour à la liste

Entre Paris & Séoul

Voyagez à travers la Corée, une destination riche et pleine de surprises,
trouvez la sérenité en Asie.